LE BURKINA FASO
Itikele Itikele

GENERALITE
Le Burkina Faso, ex Haute Volta, est situé au cœur de l'Afrique de l'ouest, sans accès à la mer, il est entouré par le Mali, le Niger, le Bénin, le Togo, le Ghana et la Cote d’ivoire.
La superficie est de 274000 kmq (un peu moins que la France ou l'Italie), le pays compte plus de 18 millions d'habitants soit une densité démographique de 44 habitants au kmq.
La capitale, Ouagadougou, al centro del Paese, conta circa 824000 abitanti. La seconda città più popolata è Bobo Dioulasso con circa 250000 abitanti. La capitale, Ouagadougou au centre du pays, compte environs 824000 habitants, la 2eme ville plus peuplée est Bobo Dioulasso avec environs 250000 habitants. La population est plus concentrée dans la partie centrale et méridionale du pays. A cause du fort taux de chômage, des millions de Burkinabé vivent ou migrent chaque année dans les pays limitrophes (3 millions en Cote d'ivoire).
Le territoire est réparti en 13 regions, divisées en45 provinces.
La monaie est le Franc CFA.
La fecondité est de 5,8 en 2011. Pratiquement la moitié de la population a moins de 15 ans, la durée de vie moyenne ( l'estimation plus optimiste) est de 51 ans pour les hommes et 55 ans pour les femmes. Le taux d’alphabétisation reste très bas, en particulier pour les femmes.
La population regroupe plus de 60 ethnies et langues respectives. Le français est la langue officielle, bien que peu pratiquée en dehors des centres urbains. Les langues plus pratiquées sont le moré et le dioula.
Devenu Burkina Faso qui veut dire “pays des hommes intègres” en 1984 sous le gouvernement de Thomas Sankara, le Burkina vous surprend pour l'hospitalité et la gentillesse de ses habitants.

HISTOIRE
Avant la colonisation française qui a marquée toute l'Afrique de l'ouest, le territoire voltaïque regroupait seulement quelques territoires indépendants, regroupés en 1894 par les forces françaises. La Haute Volta fu reliée aux colonies du Haut Sénégal Niger en 1904, puis constituée en territoire en 1919.
C'est l'époque des travaux forcés dans les plantations des pays côtiers et pour la construction du chemin de fer. En 1932 les français suppriment le pays de la carte, le territoire est réparti entre le Soudan, le Niger et la Cote d'ivoire.

Le pays est reconstitué en 1947 dans ses frontières actuelles.
La Haute Volta accède à l'indépendance le 5 août 1960. Elle devient l'un des pays plus stable politiquement, à part quelques coups d'état militaires suivis généralement d'une ouverture démocratique. En 1983 le capitaine Thomas Sankara fait un coup d'état. Il lutte avec force contre la corruption,en faveur de l'émancipation des femmes, pour la scolarisation et pour le développement économique du pays. Personnage honnête, sincère, Thomas Sankara, malgré certaines erreurs a fait beaucoup pour sortir le pays du sous­ développement.
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
En 1984 la Haute Volta prend le nom de Burkina Faso qui signifie “terre des hommes intègres”. Le 15 octobre 1987, Blaise Compaoré, ex bras droit de Sankara prend le pouvoir. Au cours des événements Thomas Sankara est tué. En décembre1991 Blaise Compaoré est élu avec 86% des voix, il reste président jusqu'en février 2015. Son projet de changer la constitution pour pouvoir prolonger son mandat déclenche une révolte populaire. Les opposants se regroupent dans le mouvement du “balais citoyen”. Blaise Compaoré quitte le pays. Un gouvernement de transition est mis en place jusqu'aux élection prévues en octobre 2015.

Quelques semaines avant les elections, le Général Diembélé, chef de la guarde présidentielle de l'ex président Compaoré organise un coup d’état militaire qui déstabilise le pays, mais la population , les militaires opposés au coup d'état et la communauté internationale Africaine, s'opposent avec force et reprennent le contrôle du pays en quelques jours. Les élections présidentielles se déroulent normalement le 29 novembre 2016. Roch Marc Christian Kaboré est le nouveau président du Burkina Faso.

CULTURE
Le Burkina Faso, longtemps présenté comme un ìlot pacifique, est bien connu pour sa culture traditionnelle, pour ses musiques et ses films, mais aussi pour la gentillesse de ses habitants. Malgré des conditions de vie souvent difficile le peuple burkinabé est très optimiste et dynamique, il s'engage et s'organise pour le développement du pays et pour obtenir de meilleurs conditions de vie.

Le Burkina dispose d'un patrimoine culturel riche et varié. Dans chaque région, us et coutumes, activités, artisanat, présentent des particularités, mais la musique et la danse occupent toujours une place prépondérante. Les burkinabé sont d'admirable artisans, ils travaillent le bronze, la vannerie, la terre cuite, le cuir, la sculpture sur bois, la teinture, la construction d'instruments musicaux, etc.

Les burkinabé sont très attachés à leur ethnie et à leur village. Toutes les grandes décisions sont prises par le chef du village et le conseil des anciens dont on respecte les connaissances et la sagesse, prestige de leur grand age. Chaque individu est un maillon de la chaîne qui compose le village. La communauté est organisée de façon à éviter toute situation de solitude des individus.
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Bien au dessus des lois, la société s'érige sur une série de principes qui demandent à chacun de remplir le rôle qui est le sien dans l'univers. Chacun se comporte en conséquence et respecte l'ordre hiérarchique établi. La “grande famille” est l'unité de base: tous les membres de la famille élargie habitent la même concession, c'est à dire un ensemble de case regroupées autour d'une grande cour. Le chef de famille est le chef absolu, la coopération est essentielle pour la cohésion et la survie du groupe. Chacun a un sens aigu de ses devoirs et responsabilités qu'il rempli avec fierté.

Dans la tradition, la propriété privée n'existe pas, la terre est collective, chacun se voit attribuer une parcelle de terre nécessaire à la subsistance de la famille. Ce qui est bien différent en ville ou la spéculation fait croître le prix de la terre de façon exponentielle, obligeant la majeur partie de la population à payer un loyer élevé ou à vivre la promiscuité ou pire encore, à se réfugier dans les quartiers périphériques non lotis insalubres ...
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Le Burkina Faso a une longue tradition de tolérance religieuse.Les habitants se répartissent en trois religions, animisme, islam ( de 50% à 65%), christianisme ( de 10% a 25%), ( les statistiques divergent), mais la majorité des abitants, même convertis à une autre religion, continue à pratiquer l'animisme. Il recouvre l'ensemble des religions traditionnelles et reconnaît l'existence de forces vitales présent en chaque être. Pour les animistes, dieu omnipotent est certes à l'origine de tout, mais il s'occupe peu des affaires des hommes. Les animistes préfèrent s'adresser aux divinités secondaires, généralement des forces de la nature personnifiées et des esprits parmi lesquels ceux des ancêtres. L'attachement aux croyances traditionnelles est encore très fort.

CLIMAT
Le pays appartient à la zone dite soudanaise de type tropicale. A' part le nord, zone sahélienne désertique, le reste du pays est semi désertique, recouvert de savane (brousse). Les forets sont situées dans les 2 parcs nationaux, au sud du pays, vers le Togo et le Benin. Il existe deux saisons distinctes, une saison sèche qui dure 8 mois environs et une saison des pluies de mi juin à mi octobre. Le precipitations ne dépassent pas les 700mm par an... Les mois les plus chaud sont avril et mai ou' la température dépasse les 40 degrés. De novembre à février souffle un vent d'est agréable, “l’harmattan” mais il peu prendre la forme d'un vent très violent qui transporte le sable du désert jusqu'à cacher le soleil pendant des jours.
Itikele
Itikele
Itikele

CUISINE
Le plat national est le “tò”, une polenta de mile, de mais ou de sorgho accompagnée d'une sauce. Le riz est une autre céréale beaucoup utilisée dans la cuisine burkinabé, souvent servi avec une sauce d'arachide. Les viandes (mouton, chèvre, poulet, dinde, porc etc.) sont cuisinées en sauce ou braisées. On y consomme aussi le poisson séché, plus rarement le poisson frais.
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Étant donné que le Burkina n'a pas la mer et peu de rivières et que le climat ne favorise pas l'élevage, la consommation de viande, de poisson et de produits laitiers est faible. Le Burkina produit par contre, mangues, papayes, arachides, noix de cajou, etc. qui enrichissent l'alimentation traditionnelle selon les saisons. Les légumes ( oignon, tomate, chou, courgette, aubergine, oseille,etc.) sont principalement utilisés pour la préparation des sauces. Les tubercules comme l'igname, les patates douces et les pommes de terre, magnoc, etc. sont préparés frits ou en ragoût. L'huile de palme et le beurre de karité sont les gras végétaux traditionnellement utilisés. Les boissons nationales sont préparées à base de tamarin, d’hibiscus (bissab), gingembre, et même de petit mile ou de pois de sucre. N'oublions pas la bière de mile (dolo) et le vin de palme (banji) qui savent les jours de fête renforcer la naturelle allégresse des burkinabé...

ÉCONOMIE
Le PIL par Habitant est $ 613,00.

44,5% de la population vit avec moins de 1,25$ par jour, donc sous le seuil de pauvreté. Le Burkina Faso est le 183eme pays sur 187 dans l'indice de developpement humain de l'ONU.

Plus de 85% de la population est rurale et vit grâce à l'agriculture de subsistance. Les agriculteurs, qui travaillent une terre ingrate dans des conditions climatiques difficiles, ne parviennent pas à assurer l'auto- subsistance du pays. Les instruments agraires sont archaïques (la daba), l'introduction de la charrue s'effectue avec prudence parce qu'elle implique de pouvoir nourrir les animaux de traîne.

Les cultures alimentaires principales sont le millet et le sorgho, cultivés en saison des pluies, le rendement des récoltes est très aléatoire. Dans les zones où les précipitations sont majeures, sont cultivés le mais, le manioc et les patates douces. Les agriculteurs réussissent à produire Pour l'exportation, essentiellement du coton, du sucre, des arachides, du karité et des noix de cajou. Ils assurent aussi la production de produits dérivés comme le savon, l'huile, etc.
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Itikele
Le Burkina Faso est peu industrialisé. L'industrie, globalement très modeste, se base sur la transformation des matières premières locales et produit pratiquement exclusivement pour le marché interne. Les principales industries sont le textile, l'industrie du sucre, les minoteries, les brasseries et quelques industries chimiques.

Le pays dispose d'un réseau ferroviaire de 600km seulement. Des 12000 km de route, seule une petite partie est goudronnée (16%). L'unique aéroport international se trouve à Ouagadougou.

Le Burkina Faso est désavantagé par rapport a certains pays voisins parce qu'il possède des ressources minières de moindre importance (cuivre, fer, manganèse, or, etc.). En outre, l'insuffisance des voies de communication décourage leur exploitation. Les mines de manganèse de Tombao représentent actuellement l’intérêt majeur. L’extraction de l'or dans les minières abusives (orpaillage) est un phénomène préoccupant. Il existe environs 1000 sites d'exploitation minière illégaux où des milliers de personnes souvent désespérées tentent leur chance au péril de leur vie.

Le secteur de l'artisanat est relativement actif. A Ouagadougou à lieu tous les 2 ans l'un des plus grand salon de produits artisanaux d' Afrique, le SIAO (Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou).

Le tourisme connaît un essors important. Aujourd'hui on compte environs 2 millions de touristes par an.

Le infrastructures, en particulier celle qui gèrent l'eau potable sont dangereusement sous développées. Ainsi, la grande majorité des habitants n'accède pas à l'eau potable, et dans la saison sèche, (octobre à mai), l'eau manque Même en ville.
Le déboisement est un autre problème crucial pour le Burkina, mais le bois demeure la première ressource énergétique du pays.

Malgrés tout, on observe un dynamisme réel au Burkina Faso. Thomas Sancara est mort mais on sent encore l'impulsion qu'il a donné à l'économie du pays. Il a inculqué un sentiment de fierté nationale. Les valeurs d'intégrité de solidarité et de respect sont importantes pour les Burkinabé et leur permettent de supporter des conditions de vie souvent trés dificiles. La population est optimiste, elle s'engage et s'organise pour le développement du pays, et pour améliorer les conditions de vie.